i!

pour connaître les autres activités de l'artiste de ce projet voici  

reportage France 3 Midi Pyrénée

2mn12

Un quotidien hors du quotidien!

Nous venons pour réaliser une exposition.

Vous êtes invités à devenir co-auteur de cette œuvre.

Pour nous rencontrer et vivre des moments hors de l’ordinaire, extra-ordinaire, venez à l'artelié ( nom du lieu  mis à disposition pour accueillir les enveloppés et préparer l'installation)

 

 

Nous sommes des plasticiens qui choisissent de dépendre du réel :Nous cherchons les modèles éphémères pour des sculptures de rencontre. Le modèle sera momentanément dans la scupture.

 

Nous enveloppons avec du papier journal (nos quotidiens) et du papier publicitaire (informations prolifiques). 

Art pour la relation qui se positionne sur l'articulation entre espace privé et espace collectif en proposant un premier temps de

rencontre  individuel en privé

puis et aussi des rencontres en collectif pour des enjeux participatifs!

 

, et un deuxième temps de restitution pour plastiquement illustrer

l'enjeu du collectif.

 

Jeux de mots: nous pensons les corps, cherchez l'homophonie.

 

Après l'exposition, vous pourrez récupérer votre enveloppement, votre sculpture, votre mue.

 

QU’EST-CE?

: Projet de rencontre pour la réalisation d’une exposition, d’une installation.

 

 

COMMENT?

Avec notre parasol d'enveloppement, nous pouvons nous placer dans l’espace public et dans des espaces clos.

 

 

 

POURQUOI?

: Partager mes centres d’intérêts plastiques.

Ouvrir l'espace de l'atélier.

Echanger.

Se relier.

 

J 'ai longtemps hésiter sur la place que je pouvais prendre.

Le rapport entre celle que j'habitais, celle que je croyais que j'habitais, celle que les autres souhaitent que j'habite et ect...

C'est un questionnement artistique et humain.

 

 

 

Le papier journal, publicitaire

est choisi pour sa connotation de jetable.

Serions-nous jetable? 

L'écriture médiatique, journalistique m'inspire  pour développer notre rapport  aux mots et aux verbes qui définissent bien souvent nos réalités.